Doit-on être formé pour utiliser un échafaudage ?

Réglementation-Echafaudage

Depuis le 1er septembre 2004, tout intervenant sur échafaudages fixes ou roulants doit disposer d’un savoir-faire et de compétences spécifiques. Il est donc obligatoire de suivre une formation à l’utilisation de cet équipement de travail en hauteur afin d’apprendre à maîtriser les risques potentiels. Cette formation doit être dispensée dans le cadre de la formation à la sécurité au poste du travail exigée par la réglementation.

Travailler sur un échafaudage présente de nombreux risques, notamment ceux relatif aux chutes de personne, d’objets ou d’effondrement. Pour prévenir ces éventuels risques, l’employeur doit garantir au personnel réalisant des tâches sur l’échafaudage l’accès aux compétences adéquates. Chez Delacroix Échafaudage l’ensemble du personnelles opérant à pu être formé.

Que dit la Loi ?

Selon l’Article R4323-69 textes de référence du Code du travail, « Les échafaudages ne peuvent être montés, démontés ou sensiblement modifiés que sous la direction d’une personne compétente et par des travailleurs qui ont reçu une formation adéquate et spécifique aux opérations envisagées. « 

Quels sont les équipements touchés par la formation ?

Selon l’Article R4323-69,  doivent donc être formés les opérateurs et utilisateurs des équipements suivants :

  • Les échafaudages et tours roulants
  • Les échafaudages télescopiques
  • Les échafaudages fixes, façadiers ou multidirectionnels.
  • Les tours d’accès

Quelques chiffres :

En France, les chutes de hauteur sont la deuxième cause de mortalité au travail et la troisième cause d’incapacité permanente et d’arrêts de travail. D’après les données nationales AT-MP de l’année 2012, les chutes de hauteur représentent 71925 accidents du travail (soit 11,2% des AT), 52 décès (soit 9,3%de ces derniers) et 6 033 760 jours d’arrêt de travail (soit 16% des journées de travail perdues).

Pour le seul secteur du BTP, les chutes de hauteur ont représenté 17435 AT soit 16% des accidents de travail avec arrêt, soit 1 757 580 journées de travail perdues. Elles ont également été la cause directe de la mort de 29 salariés. Près d’un tiers des chutes de hauteur sont liées à des échelles ou escabaux (31,1%), 11,4% à des échafaudages et 5,4% à des toitures, terrasses, verrières, etc.

Texte de Loi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *